Test d’émissions

de composés organiques volatils
dans les revêtements de sol textiles.

L’effet collatéral de l’amélioration de l’isolation des bâtiments est un échange plus faible entre l’air intérieur vicié et l'air extérieur frais, ce qui augmenterait la pollution de l'air intérieur si on ne limitait pas les émissions à la source. L’évaluation des émissions des revêtements de sol textiles est une partie intégrante du test de produit complet de la Gemeinschaft umweltfreundlicher Teppichboden e.V. (Association des moquettes respectueuses de l’environnement). Découvrez ici de nombreuses informations détaillées sur ce thème.

Les revêtements de sol textiles doivent présenter un faible taux d'émissions

Un mélange complexe de fibres, de particules, de radon, de substances microbiologiques, d'allergènes, de fumée de tabac et d'autres produits de combustion peut être à l’origine de la pollution de l’air intérieur. L’air intérieur est cependant également contaminé par des émissions de formaldéhyde et de COV, tels que l'acétone, le benzène, le toluène, le cyclohexane, le n-hexane et d'autres solvants, qui peuvent provenir de matériaux de construction tels que, entre autres, les peintures, les colles, les meubles ainsi que d’articles de design ou de mode. L’évolution permanente de l’optimisation de l’isolation des bâtiments a conduit à une réduction considérable des échanges entre l’air intérieur vicié et l'air extérieur frais et, en conséquence, à une croissance des polluants dans les pièces intérieures. L’utilisation de matériaux de construction certifiés pauvres en émissions tout au long de leur cycle de traitement et de vie devient ainsi de plus en plus importante. Occupant généralement la plus grande surface individuelle d'une pièce, les revêtements de sol représentent dans ce contexte un facteur particulièrement important, surtout si leur pose est récente. Le revêtement de sol en question, mais aussi les produits utilisés pour sa pose (colles), doivent ainsi toujours être classés « à très faible émission ».

Les revêtements de sol certifiés par GUT sont pauvres en émissions

Si vous achetez un revêtement de sol textile portant le label GUT, vous êtes du bon côté, car les moquettes testées par l’association GUT sont classées « à très faible émission » : Ils remplissent en règle générale les conditions sévères que les principaux systèmes de certification des bâtiments imposent à la qualité de l’air intérieur. Qu’il s’agisse de votre sphère privée ou du secteur commercial, vous prendrez toujours une bonne décision si vous choisissez un revêtement de sol textile portant le label GUT. Vous trouverez ci-dessous une liste des valeurs limites qui doivent être respectées dans le cadre du test d'émissions GUT pour les moquettes.

Valeurs limites GUT pour les émissions de COV

Valeurs limites pour les émissions de COV après 3 et 28 jours

Tab. 6- GUT emission limit values for chamber test
Substanz oder Substanzgruppe
Substance or group of substances
CAS-No.:GUT limit value
[µg/m³]
3 days28 days
Gesamt Emissionen
Total emissions
TVOC (C6-C16)250100
SVOC (C16-C23)3030
VOC without LCI10050
R-value< 1< 1
C.M.R.Carcinogenic substances according
 EU class 1+2n.i.n.i.
Aldehyde
Aldehydes
Formaldehyde50-00-0104
Acetaldehyde75-07-0104
Octanal124-13-0115
Nonanal124-19-6208
other Aldeyhdes-.-208
Substanzen mit individuellen GUT-Grenzwerten

Substances
with an individual
GUT limit value
4-Phenylcyclohexene*4994-16-5155
4-Vinylcyclohexene*100-40-3n.i.n.i.
Styrene100-42-552
Naphthaline91-20-373
Tetrachlorethylene*127-18-42610
2-Ethylhexylacid149-57-53815
Toluene108-88-35020
1,4-Dichlorbenzene106-46-710040
Vinylacetate*108-05-410040
Xylol1330-20-710040
Ethylbenzene100-41-410040
Phthalate
Phthalates
DEP84-66-211
DOP85-69-811
DMP0131-11-411
Note:
-.- = more than one CAS-No. / substances group
n.i. = not identifiable (not allowed to be detected)
LCI = lowest concentration of interest (https://ec.europa.eu/growth/sectors/construction/eu-lci/values_en)
* = not on LCI list (July 2018)

Comment sont testés les produits de construction en matière d'émissions ?

La méthode de la chambre d’essai

Établie depuis de nombreuses années, la méthode de la chambre d'essai représente aujourd’hui un procédé standardisé pour la détermination des émissions de produits de construction. La méthode est détaillée par la norme EN 16516, qui est basée sur une série de normes antérieures telles que, entre autres, la série ISO 16000.
L’évaluation des émissions de COV s’effectue dans le cadre du test de produit GUT sur la base de la procédure de test AgBB élaborée jadis par le Comité d’évaluation sanitaire des produits de construction et qui repose elle-même sur le rapport de recherche européen du groupe de travail « Indoor Air Quality and its Impact on Man - Evaluation of VOC Emissions from Building Products, Solid Flooring Materials ». Le système GUT utilise les valeurs limites LCI harmonisées au niveau européen (concentration limite d’intérêt) pour l’évaluation des émissions de COV. Si de telles valeurs venaient à manquer, le système se reporterait sur les valeurs NIK correspondantes de l’AgBB si elles sont disponibles. Les valeurs LCI ont été élaborées sur la base d’une analyse rigoureuse des risques avec la prise en compte des exigences particulières requises dans les locaux occupés par des personnes âgées ou malades et par des enfants en bas âge.
This image for Image Layouts addon
Chambre en acier inoxydable pour la détermination des émissions de COV