Utilisation de retardateurs de flammes

dans la fabrication de revêtements de sol textiles

On voit souvent des publications qui alertent sur une utilisation potentielle de substances préoccupantes ayant un caractère ignifugeant dans la fabrication des revêtements de sol textiles. Dans ce contexte, on mentionne systématiquement et de manière récurrente les produits chimiques organiques chlorés et bromés. Découvrez davantage d’informations sur les produits chimiques utilisés et sur les raisons de leur utilisation.

Quelles substances sont utilisées ?

Seul l'ATH (hydroxyde d'aluminium) est utilisé comme retardateur de flammes dans tous les produits certifiés GUT-PRODIS. Comportant de l’eau dans sa structure, l'ATH est un minéral inorganique qui libère de la vapeur d’eau à des températures élevées, ce qui permet de refroidir les flammes et d'endiguer la propagation du feu. Inoffensif en raison de sa structure chimique, l’ATH est incorporé en tant que charge fonctionnelle dans la couche de colle entre les faces supérieure et inférieure du revêtement textile.

Retardateurs de flammes interdits pour la fabrication de revêtements de sol textiles

Le principe de précaution de l’association GUT s'applique également aux retardateurs de flammes et à la protection antifeu des moquettes. La liste suivante vous donne un aperçu des substances qui ont été interdites par l’association GUT.

Liste des retardateurs de flammes interdits

Retardateurs de flammes (5.11)

Tab. 5.11: Flame retardants
Substanz
Substance
Abkürzung
Abbreviation
CAS-No.:GUT
Verwendungsverbot
ban on use
Polybrominated biphenylsPBBs a)59536-65-1
Polybrominated biphenyl ethersPBDEs b)-.-
HexabromocyclododecanesHBCDDs c)25637-99-4
Tris-(2,3-dibrompropyl)phosphateTRIS126-72-7
Tris-(aziridinyl)-phosphinoxideTEPA545-55-1
Chlorinated paraffinsCPs d)-.-
Antimony trioxideSb2O31309-64-4
Antimony pentoxideSb2O51314-60-9
Tris-(2-chloroethyl)phosphateTCEP115-96-8
TrixylylphosphateTXP25155-23-1
Tris-(1,3-dichloro-2-propyl)phosphateTDCPP13674-87-8
Tris(2-chloro-1-methylethyl) phosphateTCPP13674-84-5
Triphenyl phosphate TPP115-86-6
Boric acid-10043-35-3
Diboron trioxide-1303-86-2
Tetraboron disodium heptaoxide, hydrate-12267-73-1
Disodium tetraborate, anhydrous-1330-43-4
Orthoboric acid, sodium salt-13840-56-7
Disodium tetraborate decahydrate-1303-96-4
Disodium tetraborate Pentahydrate-12179-04-3
Disodium octaborate-12008-41-2
2,2-Bis(bromomethyl)propane-1,3-diolBBMP3296-90-0
Bis-(2,3-dibromopropyl)phosphateBIS5412-25-9
Tetrabromobisphenol ATBBPA79-94-7
Tri-o-cresylphosphat-78-30-8
Note:
Ban on use does not apply to listed substances only, but is always based on current state of knowledge.
-.- = more than one CAS-No. / substances group

a) PBBs = e.g. (Monobromodiphenyl (MBB), Dibromodiphenyl (diBB), Tribromodiphenyl (triBB), Tetrabromodiphenyl (tetraBB), Pentabromodiphenyl (pentaBB), Hexabromodiphenyl (hexaBB), Heptabromodiphenyl (heptaBB), Octabromodiphenyl (octaBB), Nonabromodiphenyl (nonaBB), Decabromodiphenyl (decaBB)

b) PBDEs = e.g. Monobromodiphenyl ether (MBDE), Dibromodiphenyl ether (diBDE), Tribromodiphenyl ether (triBDE), Tetrabromodiphenyl ether (tetraBDE), Pentabromodiphenyl ether (pentaBDE), Hexabromodiphenyl ether (hexaBDE), Heptabromodiphenyl ether (heptaBDE), Octabromodiphenyl ether (octaBDE), Nonabromodiphenyl ether (nonaBDE), Decabromodiphenyl ether (decaBDE)

c) HBCDDs = α-Hexabromocyclododecane (α-HBCDD), β-Hexabromocyclododecane (β-HBCDD), γ-Hexabromocyclo-dodecane (γ-HBCDD), Hexabromocyclododecane (HBCD)

d) CCPs = Short chain chlorinated paraffins, C10-13 (SCCPs), Short chain chlorinated paraffins, C12-13 (SCCPs), Medium chain chlorinated paraffins, C14-17 (MCCPs)

Pourquoi utilise-t-on des retardateurs de flammes ?

Les retardateurs de flammes sont utilisés pour empêcher la formation d’un foyer d’incendie et pour créer un effet de barrage à la propagation du foyer d’incendie existant. Beaucoup d’objets de la vie quotidienne sont traités avec des produits ignifugeants ou des retardateurs de flammes (notamment les rembourrages comme, entre autres, dans les véhicules, de nombreux textiles de maison, mais aussi des appareils électriques). Diverses substances sont utilisées dans ce contexte, notamment des composés organiques bromés et chlorés qui sont des retardateurs de flammes particulièrement efficaces. Ces substances ne sont cependant pas inoffensives sur le plan de l'écocompatibilité, ce qui implique qu’il faut toujours effectuer une analyse de pondération sur les bénéfices et les nuisances potentielles.

Est-ce que l'utilisation des retardateurs de flamme est réglementée ?

Oui, les revêtements de sol textiles destinés à être posés d'un mur à l'autre sont considérés dans l'Union européenne comme des produits de construction soumis au Règlement Produit de Construction (RPC ou en anglais : CPR = Construction Produkts Regulation). Les exigences correspondantes sont définies dans la norme harmonisée EN 14041. Si l’utilisation d’un retardateur de flamme est indispensable pour la conformité à une certaine classe de résistance au feu, une inspection régulière (annuelle) doit être assurée par un organisme de certification notifié (tiers indépendant), cela devant être documenté dans le cadre du marquage CE.

Classes de réaction et de résistance au feu pour les matériaux de construction et les moquettes en particulier

Les matériaux de construction sont en règle générale classés en fonction de leur comportement au feu. Les résultats des essais pour la catégorisation et la classification de la classe de résistance au feu sont répartis de la manière suivante :
  • ininflammable
  • difficilement inflammable
  • moyennement inflammable
  • facilement inflammable
La norme européenne EN 13501-1 classe les revêtements de sol selon des niveaux encore plus échelonnés avec les lettres A (incombustible) à F (facilement inflammable). Les revêtements de sol textiles sont caractérisés par l’indice supplémentaire « fl » pour « florings » et sont majoritairement affectés aux classes « B-fl », « C-fl » et « E-fl ». B-fl est la classe de résistance au feu la plus exigeante qui est uniquement prescrite dans les zones présentant des exigences particulières comme, entre autres, les issues de secours dans les hôtels ou les salles de travail dans les bâtiments publics et administratifs. La classe « E-fl » est en règle générale suffisante dans le secteur privé.

Les classes de résistance au feu respectives sont représentées de manière facilement identifiable à l'aide de pictogrammes.

Que signifient les lettres qu’on voit en supplément sur les pictogrammes ?

On emploie des abréviations pour indiquer l'état de pose dans lequel le revêtement de sol (textile) correspondant a été testé. Les lettres suivantes indiquent l’état de pose respectif :
  • L = pose libre (loose laid)
  • G = collé (glued)
  • CS = support inflammable (combustible substrate)
  • NCS = support ininflammable (non-combustable substrate)

Quels types de retardateurs de flammes existent ?

Outre les divers composés halogénés (contenant du brome et du chlore), il existe également des retardateurs de flammes phosphorés ainsi que ceux à base de mélamines (contenant de l'azote) et de borates. Le groupe de retardateurs de flammes de loin le plus important est cependant représenté par les composés inorganiques qui, en raison de leur structure et de leur composition, libèrent de la vapeur d’eau à des températures élevées. Dans ce groupe, on retrouve l’ATH (trihydroxyde d'aluminium) et le MDH (dihydroxyde de magnésium).

Utilisation dans l’Union européenne des retardateurs de flammes

Image

Utilisation des retardateurs de flammes dans les revêtements de sol textiles

Image
Comme le montre la représentation ci-dessus, près de 80 % des revêtements de sol textiles du secteur privé ne comportent pas de retardateurs de flammes, tandis que cette valeur descend à près de 43 % dans le domaine des ouvrages professionnels et publics, où les réglementations officielles sont plus exigeantes. En prenant les mesures conceptuelles adéquates et les bonnes combinaisons de matériaux, les revêtements de sol textiles peuvent sans problème être fabriqués de telle façon qu’ils offrent une bonne sécurité d’utilisation, et ce, sans ajout de produits chimiques préoccupants et en respectant toutes les exigences nationales et européennes en matière de protection incendie.